L’interculturalité

Pour que vive l’interculturalité !

10 déc 2013, Posté par TwamTeam dans FOCUS TWAMHOST
ld4

Johnson Menguisama, Embera

« Le plus important pour nous, c’est de maintenir notre culture », dit Johnson Menguisama, Professeur « d’éducation basique » à l’école Embera Drua 2.6 au Panama.

« Le maintien de notre culture, c’est notre identité, notre raison de vivre, ce qui rassemble notre communauté », rajoute-t-il.

ld3

L’école Embera Drua 2.60 sur la place principale de la communauté

« Une fois cela dit, nous donnons beaucoup d’importance au monde extérieur que nous connaissons finalement assez peu, nous serions ravis de recevoir des Twamers dans notre école pour partager ce qu’ils souhaitent partager. Ce serait pour nous une source importante d’apprentissage ».

ld7

Johnson devant l’école

Johnson est officiellement Twamhost depuis hier. Son profil est créé sur le site www.travelwithamission.org et il souhaite offrir un public à tous les Twamers qui se rendraient dans sa communauté. Mais il faut le savoir, celle-ci n’est pas une communauté comme les autres…

ld1

L’une des 2 salles de classe

Le Panama, petit pays d’Amérique Centrale, compte parmi ses 3,5 millions d’habitants 7 ethnies indigènes vivant au plus près de la nature parmi lesquelles la communauté Embera.

Que les Twamers prêts à contacter Johnson le sache : Accéder à l’école Embera Drua 2.6 est une véritable expédition. Pour y parvenir, Il faut d’abord rouler une bonne heure en dehors des sentiers battus puis prendre une pirogue pendant 1 autre heure. Vous arriverez alors dans une petite communauté comptant une quinzaine de maisonnettes construites uniquement à base de matériaux naturels trouvés localement.

ld2

La place de la communauté

2 solutions sont possibles pour vous pour vous y rendre : Soit par vos propres moyens (très difficile si vous ne voyagez pas avec votre pirogue), soit vous optez pour l’option « Eco-tourisme » que propose cette communauté indigène. Le Twamer se verra alors récupéré par deux indiens Emberas à Lago Alajuela avec une pirogue puis, après près d’une heure dans une magnifique forêt tropicale, sera introduit à la culture Embera. Une contribution, qui aidera la communauté, lui sera alors demandée. Le Twamer pourra alors Twamer le temps qu’il voudra. Il suffit de se mettre d’accord directement avec Johnson via le site TWAM.

ld6

Certains des jeunes bénéficiaires des interventions des Twamers

Johnson débute dans le Twaming mais il estime que recevoir des Twamers ne peut être que bénéfique pour sa communauté. « Pendant de nombreuses années, les relations indigènes-non indigènes ont été tendues voire violentes. Nous sommes à présent entrés dans une époque où nous devons apprendre à mieux nous connaître pour mieux nous respecter. TWAM peut contribuer à cette tâche longue et difficile. Tout le monde en sortira gagnant car nous avons, nous aussi, beaucoup à enseigner ».

Commentaires

Commentaires